Qui dit cuisiner, dit une pile de vaisselle qui s’entasse sur le plan de travail ou dans l’évier.
Personnellement, je n’aime pas faire la vaisselle, c’est ma petite bête noire de la cuisine. Bon, je suis bien obligé de m’y coller si je veux profiter de cuisiner la tête légère. Je dois avouer que parfois une vague de motivation m’envahit, généralement, c’est quand je me retrouve de mauvaise humeur, quand quelque chose m’énerve. En fin bref, quand j’ai besoin de passer mes nerfs sur quelque chose, faire la vaisselle devient presque un plaisir, et mon compagnon l’a bien remarqué. Donc parfois d’un air taquin, il s’amuser à mettre hors de moi, car il sait qu’après ceci la cuisine est nickel. 🙂

 

La meilleure méthode pour ne pas se retrouver sous une montagne de vaisselle, est de laver au fur et à mesure ce que nous employons comme ustensiles. En théorie, c’est une très bonne pratique, je le fais le plus souvent possible, mais parfois, je me laisse déborder. J’ai remarqué, surtout quand mon compagnon prend les commande en cuisine, qu’il se laisse emporter par l’euphorie du moment, qu’il ne pense pas comment minimiser ce dont il a besoin et que la cuisine ressemble vite à un champ de bataille, et je ne peux pas lui en vouloir.

 

Mais alors, que faire face à cette tâche ingrate et obligé lors d’un passage en cuisine ?

La rendre amusante ? Oui, mais comment ?

– Si nous avons des enfants qui sont en âge de « mettre la main à la pâte » leur donné des petites missions à accomplir, en y intégrant des personnages imaginaire seront pris comme un jeu. 

 

La rendre active ?

– Quand je me retrouve seule dans la cuisine et que c’est le moment de vérité, je mets de la musique dynamique et motivante. Histoire de me faire bouger en peu en me dandinant devant mon évier. Une chanson que j’aime particulièrement lors de la réalisation de mes tâches ménagères, est « Fabuleuse » de Tiphaine Wary & Hélène Bonhomme à écouter ici si le cœur t’en dit.

 

 

 

La rendre créative ?

Si tu as une âme bricoleuse, tu peux créer tes propres éponges. C’est faire preuve de créativité et ça ne fait pas de mal à la planète, au contraire.

– Pour les fans de tricot ou crochet, utiliser les restes de petites pelotes de laine pour créer un tawashi maison (découvrir ce qu’est un Tawashi)

– Utiliser les filets d’oignons, d’ail, d’oranges, etc, que nous achetons dans le commerce. Remplir un filet ouvert proprement d’autres filets usager. Refermer à l’aide d’une ficelle et voici une nouvelle éponge zéro déchet.

Et pourquoi ne pas en profiter pour méditer ?

Ouh là là ! Je vois déjà certain d’entre vous, vous demander ou je veux en venir.

– Profiter de l’instant présent est une sorte de méditation. Alors pourquoi ne pas profiter de chaque minute lorsque nous lavons, frottons, rinçons et essuyons la vaisselle. Ainsi que de prêter attention à nos sensations, l’eau chaude et savonneuse qui passe entre nos doigts, sentir la forme de la casserole, du verre ou de l’assiette passé sous nos doigts. Le moine bouddhiste vietnamien, Thich Nhat Hanh en parle merveilleusement bien dans son livre « Manger ».

Raconte-moi comment tu fais la vaisselle ! Si pour toi aussi, elle est ta petite bête noire de la cuisine. Ou peut-être que pour toi faire la vaisselle est un vrai plaisir, car tu aimes vivre dans un espace propre et bien rangé.
J’ai hâte de te lire.

Chaleureusement,

 

Des idées colorées !

Je t’offre 3 secrets

sur le pouvoir des couleurs

dans nos assiettes.